Grâce à ma perte de poids… On en reparlera sans doute plus tard… J’ai pu me (re)mettre au sport.

Ne faisant jamais les choses à moitié (que voulez-vous je suis un excessif !!) je me suis lancé (trop) à fond dans le running. Il parait que c’est tendance, et quand je vois le prix que mes collègues dépensent dans un vélo, totalement abordable : Une bonne paire de basket suffit. J’enchaine les entrainements, les sorties longues, les séances de fractionné… Les compétitions… Je déroule des plans d’entrainement sur plusieurs semaines… Bref je me fais mal et j’aime ça !!

Si par hasard vous lisez des articles ou des ouvrages sur la course à pied, vous verrez certains étaler leur plaisir solitaire (Stop pas de mauvaises pensées Mr Tus !!). Ils vous expliqueront combien il est agréable de se battre contre soi-même, contre un chrono… Le matin ou le soir… Seul dans la nature… A plusieurs en compét….

Je partageais ce point de vue jusqu’au 3 mai dernier. Pour une fois la course à pied m’a servi à autre chose qu’à perdre les calories que je ne consomme pas dans la semaine (Ça par contre, on en reparlera pas !!). J’ai eu la chance de participer à l’édition 2015 de « aRett toi pour courir ». Bref de joindre l’utile au pas forcément trop désagréable…

A Rett toi pour courir

Rares sont les jours ou on ne pense pas aux Tus… Ils savent, même si on ne leur dit pas, qu’on sera toujours là pour eux… Pour une fois, on pouvait faire concrètement quelque chose et s’engager au delà des mots.

L’événement sportif sert à faire connaitre le (s*#0.£ de) syndrome de Rett et sensibiliser les gens sur ce trouble.  En soi, la chose est assez simple, il faut rallier Marseille à Angers (1200 km) grâce à un système de relais sur 10 jours… car en une fois c’est compliqué et un peu long. Du coup, j’ai (uniquement) participé aux 19 km reliant Villefranche de Lauragais à Pompertuzat.

Rendez-vous était donné près de l’écluse… Ça partait bien. On longe le canal du midi. Il y a pire comme cadre…

On me confie la souris de l’association.

19726_10206666149276269_4944735777440702311_n

J’apprendrai plus tard que c’est la souris Rett… qui courait… A peine arrivé, un bisou à ma femme et nous voilà parti !!

DSC_0698 (Copier)

DSC_0699 (Copier)

Ca ne rigole pas. En même temps, nous avions des points de rendez-vous et des délais à tenir.

DSC_0701 (Copier)

Je ne sais pas si c’est la côte de boeuf de la veille (et le reste)… mais les premiers kilomètres ont été rudes. Surtout qu’il y avait avec moi, sinon des professionnels, des vrais coureurs. Heureusement que le relayeur qui m’accompagnait courait depuis Marseille… sinon je n’aurai pas pu le suivre. Mon autre « binôme relayeur » avait porté un vélo pour effectuer la suite du parcours (et moi la deuxième partie du relais)…

DSC_0702 (Copier)

La motivation je la trouve d’habitude dans le dépassement de moi… Là j’ai couru contre la maladie, les images des tableaux d’information sur la maladie figées dans mon esprit mais surtout pour les copains…

Au premier relais des 11 km comme au bout des 19km, je n’ai pas pu me résigner à arrêter… et j’ai laissé Katty repartir 2 fois toute seule… Galvanisé par la cause et par le challenge je décidais de finir en courant les 10 derniers kilomètres… J’ai souvent peiné en course à pied mais là ce fut réellement difficile. Seulement, au bout du parcours il y avait Clémence, Claire, Isa, Cédric et Katty alors pour quelques crampes et des ampoules, à quoi bon s’arrêter…

Puisqu’en course tout est principalement affaire de chiffres, voici ceux du jour :

  • 19 km de course
  • 8,5 km de vélo

Pour 3 heures d’effort (pause pour attendre les retardataires comprise) et 2500 calories dépensées…. Je vous laisse faire la conversion en côte de boeuf !!

J’ai échangé ma sueur contre quelques larmes et je peux vous jurer qu’en poussant ma petite Clémence pour franchir la ligne d’arrivée, je n’avais plus mal nulle part !!

10504919_1634196103484066_9087873146143637970_o

Mon meilleur souvenir de course à pied ! De belles rencontres, de belles personnes… Comme quoi du pire peut naître le meilleur. En plus cela m’a permis de connaitre et de rejoindre l’association des « Kikourou » qui permet de mobiliser des gens pour ce genre de cause… Comment refuser ?

DSC_0704 (Copier)

Mon footing de mercredi (Et oui, il faut bien se reposer, va me sembler bien fade…). Bon allez, je vais retrouver la motivation en me disant que je m’entraine pour l’édition de l’année prochaine. La maladie ne sera pas vaincue d’ici là, mais au moins on aura l’impression de faire quelque chose contre elle… Des Don Quichotte en basket en quelque sorte…

Pas si égoïste que ça…

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *